La chronique de Laura - Festival international du film d'animation d'Annecy 2020 - Jungle Beat, de Brent Dawes, Longs métrages « L’officielle »

29 juin 2020
Vos enfants connaissent peut-être la série animée sud africaine Jungle Beat qui, depuis trois saisons, voit les animaux de la jungle et de l’océan faire face à toutes sortes de situations rocambolesques. L’équipe mauricienne de Sandcastle Studios s’est emparée du projet pour le développer en long métrage, où les animaux découvrent la parole grâce à un alien timide et sa « capsule de langues ». Même si l’alien est venu conquérir leur planète pour pouvoir enfin gagner le respect des siens, les animaux l’aident dans sa mission pour l’aider à rentrer chez lui. Bien malgré lui, Fneep l’alien se lie d’amitié avec Ouistiti le singe, Trompe l’éléphant et Rocky le rhinocéros, qui vont lui faire découvrir l’amitié et la puissance insoupçonnée d’un câlin. Ce savant mélange de Madagascar, du Roi Lion et de l’Âge de glace trouve son originalité dans cette rencontre entre les animaux de la jungle et les extraterrestres, entre la candeur et la folie des grandeurs. Certaines références y sont savamment placées : on reconnaît un « je me ris du danger », tandis qu’une autruche se la joue Scrat en voulant protéger à tout prix ses œufs facétieux. Si l’on n’y retrouve pas la magie irrésistible des films des grands studios, l’aventure reste trépidante et la conclusion tendre, et le film saura séduire les enfants et ceux d’entre nous qui le sommes toujours.
L’image contient peut-être : une personne ou plus, texte qui dit ’JUNGLE BEAT THE MOVIE’

Commentaires(0)

Connectez-vous pour commenter cet article