La chronique de Laura - Greener Grass, de Jocelyn DeBoer & Dawn Luebbe - Premières #Deauville2019

14 septembre 2019

La chronique de Laura - Greener Grass, de Jocelyn DeBoer & Dawn Luebbe - Premières #Deauville2019

Greener Grass est d’abord un court métrage de Jocelyn Deboer et Dawn Luebbe, qu’elles ont présenté au Festival du Court Métrage de Clermont Ferrand en 2015. La petite anecdote qu’elles nous racontent, amusées, veut que des adolescents les suivaient partout dans la ville en leur demandant de montrer les appareils dentaires qu’elles portent dans le film. Elles auraient alors décidé de faire le long métrage pour ces jeunes français. Le résultat est à l’image des réalisatrices, atteintes d’une douce folie et d’une créativité hors norme.
Une américaine vivant dans une banlieue typique décide sur un coup de tête de donner son bébé à son amie, qui le trouvait mignon. On voit également un enfant se transformer en chien, et un adulte se découvrir une passion pour l’eau de sa piscine. Il faut s’attendre à revoir sa perception de la réalité et préparer sa rétine à un monde bariolé. L’absurde est assumé et poussé à fond, mais dans cet ensemble déjanté, le scénario finit par manquer de structure, enchaînant parfois des scènes qui ne font pas avancer l’intrigue mais participent seulement à ancrer cette ambiance bigarrée. La salle a boudé cette proposition de cinéma hors du commun, à l’exception de quelques rires francs et soutenus pendant la projection, à l’image de cette poignée d’adolescents fans des réalisatrices à Clermont-Ferrand. On peut tout de même reconnaître à ces deux réalisatrices leur audace et leur créativité, et espérer qu’avec un tel style, elles illuminent de futurs scénarios plus profonds.

L’image contient peut-être : 4 personnes

Commentaires(0)

Connectez-vous pour commenter cet article