La chronique de Laura - L’Envolée, d’Eva Riley

07 juillet 2020
Pour son premier long métrage, la réalisatrice écossaise Eva Riley plonge dans le monde de la gymnastique et raconte quelques jours de la vie de Leigh, une jeune gymnaste en pleins bouleversements. Une semaine avant une compétition qui lui tient à cœur, alors qu’elle n’arrive plus à faire ses enchaînements, elle apprend soudainement qu’elle a un frère aîné. Celui-ci lui permet de sortir de sa vie solitaire en l’entraînant dans ses petits délits. Tous les moyens sont bons pour s’échapper d’une maison où leur père n’est qu’une ombre et prouver enfin aux jolies filles de son cours de gym qu’elle peut être cool, elle aussi.
La jeune comédienne principale Frankie Box est une belle trouvaille, même si le reste du casting est inégal, à l’exception de Sharlene Whyte qui joue son entraîneuse. On retrouve des influences de Ken Loach et de Billy Elliot, même si la réalisatrice a encore du chemin à parcourir. La structure du film manque d’assurance, Leigh passant par des ascenseurs émotionnels fréquents et rapides, emportant le spectateur avec elle. La question apparemment centrale de l’éveil sentimental de Leigh provoquée par l’arrivée du grand frère est trop vite traitée et écartée. Le film en reste néanmoins une jolie fable sur l’adolescence et ses multiples chamboulements, et sur l’impact que peuvent avoir les gens sur nos vies, même s’ils ne sont que de passage.
En salles le 8 juillet.
L’image contient peut-être : une personne ou plus

Commentaires(0)

Connectez-vous pour commenter cet article