La chronique de Laura - Rocketman, de Dexter Fletcher - Hors compétition, #Cannes 2019

18 mai 2019

La chronique de Laura - Rocketman, de Dexter Fletcher - Hors compétition, #Cannes2019

Le Festival de Cannes, c’est aussi passer de Ken Loach à Rocketman de Dexter Fletcher du jour au lendemain, et y trouver son compte dans les deux cas.

Après la vie et les tourments de la working class britannique, on reste en Angleterre, finalement dans un milieu semblable qui a vu grandir Reginald Dwight, un gamin privé de l’affection de son père mais déjà bourré de talent musical. Le jeune Reginald passe par la Royal Academy of Music et devient rapidement Elton John, entamant la carrière que l’on connait accompagné de son ami et parolier Bernie Taupin, interprété par un Jamie Bell brillant. Du côté des seconds rôles, on salue également Richard Madden dans le rôle de John Reid, le manager et amant d’Elton John.

           

Mais c’est la performance de Taron Egerton dans la peau de la rock star qui éblouit vraiment, d’autant plus qu’il ne se contente pas de jouer mais chante également toutes les chansons du film, parfois même en direct pendant le tournage, comme le révèle Dexter Fletcher lors de la conférence de presse qui a suivi la projection. Le réalisateur n’a pas hésité à montrer les aspects les plus sombres ni les plus frivoles de la vie d’Elton, qui « ne rougit de rien » d’après Egerton. Rocketman est un mariage entre le biopic et la comédie musicale, pour un résultat forcément percutant.

Un grand spectacle à ne pas manquer en salles à partir du 29 mai.

Commentaires(0)

Connectez-vous pour commenter cet article