La chronique de Laura - #TheDeadDontDie, de Jim Jarmusch - Film d’ouverture #Cannes 2019

15 mai 2019

La chronique de Laura - #TheDeadDontDie, de Jim Jarmusch - Film d’ouverture #Cannes 2019

Ca y est, c’est ce soir. Le moment que le monde du cinéma attend toute l’année, et que j’avais attendu toute ma vie. L’ouverture du Festival de Cannes, pour sa 72ème édition. Même si l’organisation est confuse et que l’on cherche la bonne file aussi longtemps qu’on y attend, lorsque ça avance enfin, je ne tiens plus en place.


Après la cérémonie d’ouverture présentée par un Edouard Baer également confus, un intermède musical par Angèle, un discours d’Alejandro Gonzalez Iñarritu pas traduit de son espagnol natal pour notre rediffusion en direct en séance presse, et un lancement officiel du festival par Charlotte Gainsbourg et Javier Bardem, le film peut enfin commencer.

C’est Jim Jarmusch qui fait les honneurs avec The Dead Don’t Die, film de zombies parodique où il retrouve Bill Murray, Adam Driver et Tilda Swinton, rejoints notamment par Chloë Sevigny et Selena Gomez. Et le moins que l’on puisse dire, c’est que l’on est déçus du résultat malgré ce casting quatre étoiles.

Si son rythme lent et la diction monotone des comédiens installent un ton pince-sans-rire au début, ils lassent très vite, à part quelques répliques réellement drôles et des références notamment à Star Wars pour taquiner Adam Driver. Les zombies, Iggy Pop en tête, réclament du café, du wifi ou encore du Chardonnay tout en dévorant de la chair humaine.

C’est la manière toute particulière qu’a Jim Jarmusch de dénoncer notre société de zombies asservis à ces choses futiles du quotidien, mais la morale est assénée dans un tel chaos à l’image qu’elle laisse relativement indifférent. Si l’on peut relever un point positif chez nous à La Radio du cinéma, c’est la place singulière et décalée accordée à la musique du générique, que les personnages écoutent à la radio, achètent en CD et nomment plusieurs fois : malin, puisqu’elle porte le nom du film. Son interprète Sturgill Simpson déambule d’ailleurs parmi les morts-vivants du film, une guitare à la main.


Cette parodie de film d’horreur à la Shaun of the Dead nous tire plusieurs rires francs, mais déçoit dans l’ensemble par son manque de rythme et de ton, et son final franchement loufoque. Vivement la suite de la compétition, qui s’annonce riche avec les films de Pedro Almodovar @Ladj Ly, Terrence Malick, Quentin Tarantino Director, Xavier Dolan, Ken Loach Céline Sciamma et bien d’autres.

Commentaires(0)

Connectez-vous pour commenter cet article