La chronique de Laura - Edmond, d’Alexis Michalik

La chronique de Laura - Edmond, d’Alexis Michalik, en salles le 9 janvier

Il est toujours délicat d’adapter du théâtre au cinéma. Ou du cinéma au théâtre, ce qui était en fait le cas d’Edmond, scénario de cinéma adapté aux planches dans un premier temps. Cette pièce relevait déjà un pari risqué, s’inspirant du succès phénoménal Cyrano de Bergerac. Mais le résultat, écrit par Alexis Michalik et produit par Alain Goldman et Légende, qui ne s’était jamais aventuré sur le terrain du théâtre, s’était révélé subtil et grandiose, et se joue à guichets fermés au théâtre du Palais Royal depuis 2016.
C’est donc en toute logique que le même tandem réalisateur-producteur s’est penché sur une version cinématographique, forts de leur succès.
On peut dire que le pari est brillamment relevé. La distribution sonne juste, à commencer par Thomas Solivérès qui apporte candeur et sincérité à ce personnage débordé par l’écriture de sa pièce, et soutenu par Olivier Gourmet majestueux en Coquelin/Cyrano, Tom Leeb touchant de naïveté et beau à souhait en Léo/Christian, et Lucie Boujenah attendrissante en Jeanne/Roxane éperdue d’amour. On passe un moment suspendu dans l’émotion et l’effervescence de la création artistique qui se déroule sous nos yeux, et l’on en ressort éblouis par les costumes et les décors de toute beauté. On y trouve rythme et tendresse, et on en ressort avec des envies de déclamer que c’est un succès, c’est une réussite, que dis-je c’est une réussite, c’est un bijou !

L’image contient peut-être : une personne ou plus, texte qui dit ’EDMOND’