The Woodcutter Story, de Mikko Myllylahti - Semaine de la Critique

La chronique de Laura - The Woodcutter Story, de Mikko Myllylahti - Semaine de la Critique
Les sections parallèles du Festival de Cannes permettent de découvrir d'autres formes de cinéma, d'autres regards et d'autres horizons. Sélectionné à la Semaine de la Critique, Mikko Myllylahti nous transporte dans sa Finlande natale, au coeur d'un petit village de bûcherons caché entre deux paysages somptueux. Lorsque sa scierie ferme et que lui et tous ses collègues se retrouvent au chômage, sa vie se dérègle et l'équilibre de sa petite bourgade explose en vol. Tous, de son voisin à son jeune fils, sortent de leurs gonds et le plongent dans des situations intenses et déroutantes.
Pour autant, tout semble glisser sur le bûcheron incarné par Jarkko Lahti, qui ne se défait à aucun instant de sa mono expression placide, s'acharnant à voir le verre à moitié plein alors même que le verre en question fuit. Le rythme morne annoncé par la bande annonce n'est jamais bousculé, et le ton de prime abord décalé ne parvient à dérider le public qu'en de rares occasions. Rien ne vient donc nous sortir de notre torpeur, à part la conclusion qui tente de sauver le scénario au dernier moment, mais trop tard. Là où La Fièvre de Petrov, en compétition l'année dernière, nous montrait un personnage en lutte acharnée contre sa perception de la réalité, ce "woodcutter" n'est que spectateur de sa propre histoire, se contentant de laisser sa vie lui échapper. Ce regard et cet horizon-là n'ont pas su me toucher.